• Et Dieu créa ... Doctissimo

    Avant quand on avait un petit bobo, on essayait d'en parler discrétos à un membre de sa famille infirmier/ étudiant en médecine ou même kiné en espérant qu'un rapide diagnostic et une automédicamentation douteuse nous épargneraient le tryptique généraliste/pharmacien/congés maladie.
    Aujourd'hui, on a internet, des forums spécialisés et des associations de familles de de patients atteints de maladies orphelines, etc...
    Je me rappelle en 2000 un banal eczéma et une recherche rapide sur Google m'avaient fait paniquer pendant toute une soirée. J'étais persuadée d'être atteinte au vu de mes antécédents familiaux de vitiligo, Psoriasis ou de cancer de la peau.
    La visite chez le dermato avait coupé court à toutes mes craintes les plus folles: vous avez de l'eczéma. vous savez, le truc qu'ont les bébés là...

    2008, c'est cette fois-ci un abcès mal situé qui m'a convaincue d'aller aux urgences gynécologiques. MST, cancer du col de l'utérus, j'ai eu le temps de mourir 4000 fois grâce à Google et les descriptions de symptômes qu'on peut y lire. Pour finalement me retrouver devant le médecin de garde: ce n'est qu'un abcès. (bon OK, billard + anesthésie générale mais c'est quand même beaucoup moins grave que ce je m'étais imaginée).

    Dont acte. Google est ton ami, c'est vrai. Mais rien ne vaut l'avis et le diagnostic d'un médecin. C'est beaucoup plus professionnel et plus sûr.

    PS: Merci au corps médical et à toute l'équipe soignante pour la qualité de leurs soins et leurs investissements personnels.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :